19 juin 2011

Ma chronique sur le premier tome de la saga

LDE couverture

 

 

 

 

 

 

Résumé 

 

"Traumatisante", "vraie nature", "expérience horrible". Nous y étions. Le point de non-retour. Il en avait trop dit et pas assez en même temps. Mais plus rien ne serait pareil à présent, quand bien même nous en resterions là.
Dans une petite ville perdue dans le fin fond des États-Unis, Deliah, dix-sept ans, voit son quotidien brutalement ravagé par le décès d'un de ses proches. La vie, alors, perd toute saveur à ses yeux. Elle continue pourtant à suivre le fil de son existence, dissimulant à son entourage le mal-être qui la ronge, et espérant que sa vie reprenne un semblant de normalité. Seulement, Deliah le sait : le destin, la chance ou quoi que ce soit d’autre, n'a jamais été de son côté et ce n'est pas maintenant que cela va changer.
C’est alors qu’elle voit débarquer dans son lycée la famille Wates, deux frères et une sœur. Dès leur arrivée, la nouvelle famille perturbe l'équilibre extrêmement précaire de son existence. Entre le mystère qui les entoure, les évènements étranges qui se produisent depuis leur venue, la beauté de chacun d'eux et l'aura de danger qui semble les entourer, Deliah se laisse happer par le désir irrépressible de découvrir les secrets qu'ils cachent et cette attraction irrésistible qui semble la lier à l'un des frères, bien malgré elle.

 

 

Mon avis 

 

 

Tout d'abord, j'aimerais signaler le fait que c'est le tout premier roman de Cindy Mezni - en tout cas, le premier d'une longue série de best-sellers francophones édités. Malgré son jeune âge, Cindy à tout de même 19 ans et à un très beau langage qui nous en laisse ébahis. Les mots sont employés avec tant de finesse et de talent qu'on est transporter dans le livre jusqu'au plus profond de son âme. 

 

D'un point de vue esthétique, le livre est irréprochable. La couverture est magnifique et le mannequin italien ressemble beaucoup à Deliah. Le sang, le loup dans les yeux de Deliah et l'écriture transparente qui longe la couverture. Superbe. Cette couverture, réalisé par Christel Michiels, de Darkyia Design, est sublime et colle parfaitement au livre. 

 

Coté écriture, j'ai été charmé. Dès les premières lignes, on est emportés dans l'histoire et on sent la peur, la tristesse de Deliah comme le bout d'une lame qui vous blesse car vous êtes comme elle, vous avez vos doutes, vos peurs. L'évolution de Deliah est intéressante. Elle est fragile ; tel une poupée de porcelaine et ensuite, devient une vraie femme qui n'a aucune hésitation. 

 

Les mots ne sont pas simples. Certains penseront que Cindy Mezni à employé les mots 'gentils', 'mignonne' et autres barbaries de language des écrivains en herbe mais non. L'auteure à un langage remarquable, des expressions universelles qui tombent au bon moment et qui adhèrent à la fascination ressentit dans les descriptions maniés avec brio. 

 

Les personnages. C'est le point fort du roman. Leighton et Garreth sont des personnages intéressants et très approfondis. On apprend leurs caractères, leurs vies ainsi que leurs passés. Leighton est celle qui m'a le plus touché car l'histoire qu'elle possède avec certaines personnes sont troublantes, fascinantes et poignantes. On sent des émotions très fortes et l'écriture est irréprochable. 

 

On pourrait croire que j'ai négliger - voir oublier - Travis, le troisième Wates mais pas du tout. Ce personnage glacial, ténébreux et hostile ne plaît pas à Deliah qui le prend pour une menace, un barbare parmi tant d'autres. Seulement, là aussi il y a des moments forts et des révélations étonnantes qui jouent sur toutes les actions passés de Travis. Ce personnage est aussi un coup de coeur car il à une personnalité aux facettes multiples mais encore faut-il trouver les bonnes. 

 

Garreth. C'est le personnage qu'on attend de voir, de découvrir. Comme personnage principal, Garreth est le meilleur de tous les personnages mâles des livres que j'ai lu. Garreth est endurci à l'intérieur, et sait qu'il doit protéger Deliah car son destin est inexorablement lié au sien par un danger grondant. Ce danger, tapi dans l'ombre, n'attend que le bon moment pour arriver et Garreth le sait, tout autant que Deliah. Le passé de Garreth est encore très bien trouvé. L'émotion y est et ça m'a complétement bouleversé. Je n'ai pas pleuré, mais j'ai ressenti l'impact avec un grand I. 

 

Annabelle. C'est la soeur de Deliah et c'est une vraie garce qui ne pense qu'à elle. Grâce à un évenement, elle va un peu se calmer mais il faudra le découvrir. Le roman est épais. Il fait 630 pages et des myriades d'évenements se bousculent. On se retrouve dans un roman à l'athmosphère troublante, mystique et inquiétante. 

 

Les moments romanesques sont très présents. Le point fort du roman est que Cindy n'a pas mâché ces mots. On découvre les peurs d'une adolescente face aux pensées de l'autre face à son physique et les premiers ébats intimes. On découvre ou re-decouvre cela avec fascination car Garreth et Deliah entretiennent une relation mi-enflammé, mi-doucâtre. Superbe. 

 

Il y a aussi des personnages qui entoure Deliah comme Hayden, une fille haute en couleur. Et le décor... Mensen est une petite ville des Etats-Unis - une bourgade perdue qui n'est guère acceuilante. Dans cette bourgade, les ragots digne des garces de Desperate Housewives se mêlent à la vie de Deliah. Les parents de l'héroïne ont subi aussi beaucoup de choses et on le découvre. 

 

Je n'en dirais rien mais vous découvrirez des secrets et des révélations mystérieuses, des personnages attachants, une atmosphère terrible et des émotions à vous en donner des frissons tant elles sont bien maniées. Oublier Hunger Games, Twilight et autres. Plongez dans le monde de Deliah et Garreth, cette histoire où mort, amour et doutes se mêlent à secret, passé et danger. 

 

Oublier tout, et lisez ce qui est un vrai roman bit-lit. Cette histoire vous fera voyager dans une race de nouvelles créatures très ingénieuse. L'action ne manque pas, l'émotion pour les émotifs/émotives ne manquent pas et ce roman est fait pour tous les âges, tous les sexes. 

 

J'ai hâte d'entrer dans le Village, d'aller au Tribunal et d'en apprendre plus sur Enimae. 

 

Je me réjouis déjà de pouvoir lire les premières pages d'Hybride, la suite des Dangers de L'Ombre. Le roman sortira en 2012. 

 

Ma note : 20/20 

Editeur : Editions Velours 

Pages : 630 

Prix : 24, 90 € ou 23 € selon les réductions. 

Me le procurer : Sur Amazon, Fnac, Chapitre.com et dans vos librairies. 

Sortie : 15 mai 2011

Posté par Enimae à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Ma chronique sur le premier tome de la saga

Nouveau commentaire